Spring direct naar de hoofdnavigatie of de inhoud
Ingénierie

MCi

Une stratégie de brevet astucieuse est fort précieuse pour une entreprise. Prenez Mirror Controls International (MCi), un fabricant de pièces actionnant les rétroviseurs. La valeur de leur propriété intellectuelle a joué un rôle important dans l’acquisition de la société mère américaine Flextronics en 2015. Avec la reprise, la valeur de MCi a quadruplé en cinq ans.

D’Audi à Pagani Zonda

MCi MCi a débuté sous le nom d’Industrie Koot Utrecht (IKU) en 1935 et s’est spécialisé dans la production d’actionneurs de rétroviseurs automobiles dans les années 1970. Anton Koot – qui fut le premier inventeur d’un actionneur de rétroviseur – les fournit à BMW depuis 1967. conçoit et produit des actionneurs de rétroviseurs automobiles. Ce sont des pièces électromécaniques qui ajustent la position du verre du rétroviseur et peuvent les faire se rabattre. Chaque année, MCi produit plus de 80 millions d’actionneurs de rétroviseurs dans le monde. Avec une part de marché de 35 %, il est le leader du marché dans ce domaine. MCi fournit principalement les fabricants de rétroviseurs qui fournissent leurs rétroviseurs à de nombreuses marques automobiles, allant de A pour Audi à Z pour Pagani Zonda. Par ailleurs, dans le développement de produits, l’entreprise travaille souvent directement avec les services de conception des principaux constructeurs automobiles.

‘Nous ne commercialisons rien qui n’ait le potentiel d’être breveté.’

Stefan Brouwer – MCi

L’innovation dans l’ADN

L’innovation est dans l’ADN de MCi. La protection de la propriété intellectuelle par des brevets est donc intégrée dans le processus de conception de l’entreprise. Stefan Brouwer, ingénieur de recherche principal chez MCi, a déclaré : « Nous ne commercialisons rien qui n’ait le potentiel d’être breveté. Avec un brevet, nous voulons empêcher la contrefaçon de nos produits, ce qui nous permet de sécuriser autant que possible notre position sur le marché et nos marges. »

Une coopération sans faille

Les brevets des produits mécaniques et électroniques produits par MCi sont regroupés dans 80 ‘familles de brevets’. « Nous travaillons avec V.O. depuis 1963. Ils nous connaissent de bout en bout », explique Stefan Brouwer. « Nous travaillons ensemble en toute transparence. MCi lui-même est très actif dans la protection de ses brevets », souligne Bernard Ledeboer, mandataire en brevets chez V.O.

Redoutable stratégie de brevets

Certes, sur le marché concurrentiel où MCi exerce ses activités, une solide stratégie de brevets peut faire la différence. « Nous protégeons naturellement nos nouveaux produits. Mais également quand nous améliorons un produit existant, nous examinons de très près comment un concurrent pourrait améliorer ses produits. Nous essayons ensuite de bloquer cette piste de solution avec notre propre brevet », explique Stefan Brouwer.

Affaire de contrefaçon de brevet

La stratégie de brevets et le portefeuille de MCi sont en bon ordre. Ce fut l’une des premières entreprises (néerlandaises) à avoir un brevet en Chine. En 2014, MCi a signalé une violation d’un de ses brevets par un concurrent chinois. Il a décidé d’intenter un procès devant le tribunal des brevets chinois. « Pour nous, cela en valait la peine. Les bénéfices que nous pouvons tirer de cette affaire sont des dizaines de fois supérieurs aux coûts du procès lui-même. Par ailleurs, nous ralentissons ainsi la croissance de nos concurrents », explique Stefan Brouwer. V.O. a pris les devants dans cette procédure judiciaire. Bernard Ledeboer : « Nous avons beaucoup appris ensemble. Bien que les systèmes juridiques chinois et néerlandais fonctionnent de façon très différente, nous sommes déjà parvenus à prouver que nous avions raison. »

Préparer l’avenir

Les constructeurs automobiles utilisent de plus en plus des caméras orientées vers l’avant et l’arrière. MCi a les yeux rivés sur l’avenir. Stefan Brouwer : « Nous anticipons les nouveaux souhaits du marché en adoptant d’ores et déjà des positions stratégiques en matière de brevets. » « La gestion active et flexible de la protection de la propriété intellectuelle pour les nouvelles applications s’avérera payante à l’avenir », confirme Bernard Ledeboer qui parle d’expérience.

En savoir plus sur l'expert

Bernard Ledeboer

Bernard Ledeboer

  • Mandataire en brevets européens et néerlandais
  • Partenaire
Plus d’ experts