Spring direct naar de hoofdnavigatie of de inhoud
Ingénierie

Organ Assist

Le nombre d’organes transplantés dans les hôpitaux néerlandais ne cesse de croître : l’augmentation a été de 15 % en 2018[CT1] . Elle est due en partie à l’appareil de perfusion d’organes de la société Organ Assist Assist à Groningue (Pays-Bas).Ces dernières années, le fondateur Arjan van der Plaats et son équipe ont mis au point différentes variantes de la machine pour laquelle ils ont déposé une demande de brevet. « Cela nous permet de tester des organes précédemment déclarés inadéquats et tout de même, dans la majorité des cas, de les transplanter. La gestion active de la propriété intellectuelle (PI) a certainement contribué à ce succès. »

C’est en 1999, lors de son doctorat à l’UMCG de Groningue, qu’Arjan van der Plaats a eu l’idée d’une machine avec laquelle rincer avec du sang des organes prélevés : la perfusion d’organes. Avec son professeur, il crée la société Organ Assist. En vue de demander un premier brevet – pour un système de perfusion du foie – ils font appel à des mandataires en brevets de V.O. Patents & Trademarks.

« Une partie importante de la méthode décrite est l’utilisation de deux pompes, l’une qui pompe continuellement et l’autre qui pulse », explique Van der Plaats. « Nous imitons ainsi le rythme cardiaque. » Un brevet a également été demandé pour un deuxième appareil – pour le rinçage des reins – cette fois pour ‘l’ingéniosité’ de la conception. « Cela permet aux chirurgiens, par exemple, de ne plus avoir à connecter manuellement les vaisseaux sanguins à la pompe. »

Stratégie de brevets intelligente

La troisième étape est une application permettant de rincer les organes quand ils se trouvent encore dans le corps du donneur décédé. « Ce qui est inédit est que nous avons aussi pu breveter le traitement. Normalement, ce n’est pas possible : chaque patient doit avoir accès à un traitement médical. Mais les conseillers de V.O. ont remarqué que nous traitions un organe, et non un patient. Nous ne disposons tout simplement pas de ce genre d’expertise juridique en tant que société. 

Van der Plaats est régulièrement surpris par les conseils des mandataires de V.O. « Je viens souvent avec une demande spécifique. Ce qui me frappe, c’est qu’ils ne se contentent pas de la jeter sur le papier, mais continuent à poser des questions à ce sujet et explorent tout ce qui est susceptible d’être brevetable. De cette manière, ils garantissent que le brevet couvre également les développements futurs du concept. »

Les investisseurs franchissent le Rubicon

D’autres innovations et brevets ont suivi, et la gestion active de la propriété intellectuelle a pris une place importante dans les activités d’Organ Assist. « Nous sommes une véritable entreprise de R&D : la base est constituée par nos connaissances et notre expertise. Nous devons les protéger afin de les mettre en valeur. De plus, la première question de nos investisseurs est toujours la suivante : votre technique est-elle déjà protégée ? Sinon, un concurrent pourrait la copier sans problème. Hors de question alors qu’un investisseur franchisse le Rubicon. »

En partie grâce aux brevets, Organ Assist a le vent en poupe, avec une série unique de produits et une position de leader mondial dans le domaine de la perfusion d’organes Les gens deviennent de plus en plus vieux et souffrent davantage de diabète ou d’obésité. La qualité des organes disponibles diminue donc. En rinçant un organe avec un appareil à perfusion, à savoir en le nourrissant et en l’alimentant en oxygène, on perd moins de qualité. En outre, avec une telle machine, les médecins peuvent tester un organe en dehors du corps. Ainsi, de nombreux organes auparavant déclarés impropres peuvent désormais être malgré tout utilisés à l’issue d’un test positif. Grâce à la perfusion d’organes, davantage d’organes peuvent être transplantés. Cela entraîne de nouveaux défis. « Au bout de deux ans et demi, la demande de brevet valables à l’échelle mondiale a dû être poursuivie en phases nationales. Nous ne le faisons que dans les pays où le nombre de clients est suffisant. Ici aussi, c’est V.O. qui prend les devants. Nous disons parfois : V.O. est notre service des brevets. »

En savoir plus sur l'expert

Kim Tan

Kim Tan

  • Mandataire en brevets européens et néerlandais
  • Conseiller
Plus d’ experts